Malgré la magie de la légende qui le caractèrise, le Sacré de Birmanie est un chat de création purement française.

 

L'histoire des chats Sacrés de Birmanie a rejoint la légende quand deux occidentaux, Auguste Pavie et le Major Gordon Russel (voir légende) ramenèrent un coupe de Birmans en Europe dans les années 20.  Pourtant on ne trouve guère plus de traces de ces deux chats et il est fort probable qu'une mésalliance entre un siamois ganté et un Persan soit à l'origine de la race. Quoiqu'il en soit, le premier Birman présenté en exposition était une chatte Seal point, Poupée de Maldapour.

 

Le chat que l'on peut considérer comme fondateur de la race est Dieu d'Arakan, étalon qui appartenait à l'un des tous premiers éleveurs, Marcel Baudoin-Crevoisier. Il était très proche de nos Birmans actuels malgré un léger strabisme qui ne lui serait pas pardonnée aujourd'hui.

 

M. Vanderbilt, un américain, au cours d'une croisière en Extrême-Orient, se procura un couple de chats qui fut ensuite donné à une certaine Mme Thadde Hadisch.  Le mâle mourut accidentellement sur le bateau et la femelle, Sita, heureusement gestante, mit bas à Nice une portée dont l'un des chatons était parfait, Poupée.

 

Baudouin affirme en 1933, dans l'un de ses articles: "Poupée ne pouvant être couverte par un mâle de sa race, le fut par un chat lynx du Laos, appartenant à un docteur de Nice. Ce type de chat ressemblant à un siamois, aux yeux très bleus, donna des jeunes bâtardes de birmans et de laotiens. Par croisements successifs, naquit un chat parfait, Manou de Maldapour, en tous points semblable à sa mère Poupée."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques dates importantes

1925: Reconnaissance de la race.

1926: Présentation de "Poupéede Maldapour" - parfait spécimen de la race - en vedette à l'exposition féline de Paris.

1927: Madame Marcelle Adam exposait "Manou de Maldapour" issu des amours de "Poupée de Maladapour" avec un mâle siamois.

1928: Poupée et Manou de Maldapour côtoyaient en exposition le mâle Hiram-Roi et la femelle Nafaghi, elle aussi fille de Poupée.

1929: Entrée en scène d'un nouvel éleveur passionné de Birmans: Marcel Baudoin-Crevoissier. Cette année-là il exposait le mâle Lon Saïto.

1930: Il présentait celui qui fut probablement le plus spectaculaire des Sacrés de Birmanie d'avant-guerre: "Dieu d'Arakan".

1933: M. Baudouin-Crevoissier abandonna l'élevage et vendit à la Princesse Ratibor Hohenlohe, pour près de 30.000 francs français de cette époque,"Dieu d'Arakan et les quelques cinq ou six mâles et femelles qui lui restaient.

1935: Deux affixes de 1ère importance ont été déposés:

        - "de Maldapour", par Mme Chaumont-Doisy

        - "de Kaabaa" par Melle Madeleine Boyer.

Ainsi se mettait en place l'élevage des premiers Sacrés de Birmanie.

1936: Le schats de M. Baudoin-Crevoissier eurent de singulières aventures. Légués par la Princesse à S.A.R. le Duc d'Aoste. Ils furent cachés pendant un certain temps. Ce fut une cousine de ce dernier, Mme la Comtesse Giriodi Panissera qui, finalement, réussit à entrer en possession des chats. Grâce à la bonté et à la patience de la châtelaine. Au château, en plus de "Dieu d'Arakan" et de "Reine de Rangoon, il y avait 17 chats dont 14 chatons, parmis lesquels quelques-uns promettaient beaucoup. Malheureusement personne ne sait ce qu'est devenue cette magnifique collection de chats.

1943: Naissance d'"Orloff de Kaabaa" seul mâle reproducteur à faire souche. Accouplé à sa fille "Xénia de Kaabaa", ils forment un couple unique. Tous les chats dont descendent les actuels Sacrés de Birmanie en sont issus.

 
     La Félinerie

© 2015 by Magica Féeria. Proudly created with Wix.com